La chanson du consentement – Tu veux ou tu veux pas

Chanteur brésilien peu connu hors de son pays natal, Wilson Simonal avait fait ses débuts comme crooner de rock n’ roll et chantre de calypso, avant de s’orienter sur les conseils de Ronaldo Boscoli vers la samba traditionnelle et la bossa nova. Rappelant par moment Harry Belafonte ou James Brown, il avait une certaine suavité de Carioca communicative.  Après son tournant musical, sa carrière prend de l’ampleur, et ce, malgré quelques controverses. En effet, Simonal interprétera une chanson sur l’emploi du sucre comme talc (Mamãe passou açúcar em mim) à une époque où la cocaïne fait des ravages autant dans les classes supérieures que dans les favelas. Puis, il s’approprie la pièce de Ben Jorge País Tropical, en modifiant les paroles et en y glissant des slogans commerciaux pour une compagnie pétrolière… avant même d’avoir acheté les droits. Il connaîtra aussi des démêlés avec la justice brésilienne lorsque la dictature des généraux prendra fin en 1984; si on l’accusera d’extorsion de fonds à l’endroit de prisonniers politiques, Simonal se défendra en disant qu’il n’était qu’un indicateur. Condamné, il sera ostracisé du monde musical brésilien, avant de mourir en 2000.

Outre les goualantes nommées plus haut, un de ses succès sera sans contredit Nem vem que não tem, composé par Carlos Imperial. Le titre de la chanson peut être traduit littéralement en français par: « Ne viens pas car tu ne l’auras pas ». C’est une expression signifiant qu’on demande l’impossible ou tout simplement si on ne veut pas parler d’un sujet avec quelqu’un. 

Wilson Simonal – Nem vem que não tem

***

C’est en 1969 que la chanson fait son chemin jusqu’en France, par l’entremise d’un clarinettiste et saxophoniste jazz qui n’a pourtant rien d’un chanteur à la mode. Maigrichon, moustachu, avec des lunettes et un bob qu’il ne quitte jamais, Marcel Zanini se voit offrir par Léo Missir, directeur chez Barclay, l’adaptation française de Nem vem que não tem, signée par Pierre Cour. Devenue Tu veux ou tu veux pas, la pièce est enregistrée est une récidive du jazzman, puisqu’il avait sorti l’année précédente un 45 tours avec Un scotch, un bourbon, une bière comme goualante principale, et un autre disque Tout le monde aime ma baby en 1966.

Cependant, il y a un hic. Quelqu’un d’autre vient d’entendre la chanson, et désire la mettre ardemment à son répertoire, il s’agit d’une chanteuse qui a déjà interprété des pièces brésiliennes… Brigitte Bardot ! En effet, la plantureuse blonde estime que le sous-texte sexuel de Tu veux ou tu veux pas conviendrait beaucoup mieux à un sex symbol qu’à Zanini. Après une chaude lutte avec les producteurs, c’est l’homme au bob qui l’emporte et c’est son 45 tours qui se retrouvera dans les bacs et à la radio, avant celle de Bardot.  Ce sera un véritable succès pour le jazzman, qui enfilera coup sur coup plusieurs 45 tours dans les années 70, alors que la carrière musicale de Brigitte s’estompera après 1973. 

Peut-être lui avait-on demandé, pour le convaincre, s’il voulait ou ne voulait pas, que c’était comme-ci ou comme ça…

Marcel Zanini – Tu veux ou tu veux pas

Brigitte Bardot – Tu veux ou tu veux pas

***

Paroles

Brigitte Bardot – Tu veux ou tu veux pas

Marcel Zanini – Tu veux ou tu veux pas

Sources

  • DELFINO, J. P. COULEURS BRASIL: Petites et grandes histoires de la musique brésilienne. Mercuès: Le Passage, 2014.
  • ENCYCLOPÉDISQUE [http://www.encyclopedisque.fr/] Consulté le 20 décembre 2017.
  • ROSE, A., VALE, N. et CAÇADOR, J. Party Brazil Phrasebook 2014: Slang, Music, Fun and Futebol. Berkeley: Ulysses Press, 2014, p. 61.
Publicités

Au rythme du carnaval – Rio de Janeiro dans la chanson française, première partie

Crédit photo: César Armindo Pereira Torres

Pays du fútbol aux mille couleurs éblouissantes et bariolées, Rio de Janeiro est une ville emblématique du Brésil, mélangeant à la fois la culture portugaise, africaine et indigène; son carnaval annuel attire un bon nombre de touristes chaque année, tous souhaitant vivre quelques instants au rythme effréné de la musique brésilienne. Véritable capitale culturelle, Rio a longtemps fasciné les artistes, tout particulièrement dans le domaine de la chanson, au point de disséminer dans l’imaginaire un nombre impressionnant de clichés; si la presse brésilienne dénoncera les textes des sambas composées en France, elle se référait en fait aux paroles portugaises et non françaises que le quotidien O Globo considéraient… parfaites ! Évidemment, dans les années 50, ce qui compte avant tout c’est que les chansons fassent danser, peu importe si les paroles étaient bien traduites ou pas du tout; les compositeurs brésiliens avaient par contre une opinion contraire, estimant que la popularité du genre serait plus acceptée grâce justement à la traduction.

La première goualante que nous avons choisi date de 1952, et elle a été écrite et chantée par le fou chantant lui-même, Charles Trenet. Si la chanson évoque bien Rio de Janeiro, quoique de façon très superficielle et laconique, le style est cependant très loin des rythmes associés à cette ville. En effet, au lieu d’une samba, la pièce évoque plutôt le genre de musique d’opérette. Elle sera reprise un peu plus tard par Jacqueline François et par … 

Charles Trenet – Printemps à Rio

***

… Dario Moreno, ce dernier connu pour ses goualantes souvent exotiques et en langues étrangères (comme le turc, l’espagnol et le portugais). Une des chansons marquantes que Moreno enregistrera sera justement une pièce évoquant Rio de Janeiro, intitulée Si tu vas à Rio. Il s’agit en fait d’une adaptation d’une composition brésilienne de Julio Monteiro et Carvalhinho, Madureira Chorou (Madureira a pleuré). Si le titre peut paraître un peu bizarre à première vue, il faut se remettre dans le contexte de la création originale. En 1957, Rio toute entière pleure Zaquia Jorge, trouvée morte sur la plage de Barra da Tijuca à l’âge de 33 ans; cette artiste avait installé depuis cinq ans son théâtre à Madureira, un quartier populaire et très animé de Rio, apportant à sa population miséreuse un divertissement si nécessaire pour pallier aux tracas de la vie de tous les jours. Elle avait fait un pari risqué et avait un peu sacrifié sa propre carrière pour les habitants de Madureira; ceux-ci viendront par milliers la pleurer lors de son enterrement. Le deuil se fera peu à peu, tandis que la chanson deviendra un des morceaux les plus prisés au Brésil, étant même chantée sourire aux lèvres…

L’année suivante, l’adaptation française se retrouvera dans les bacs et sera un véritable hit. Dans cette version écrite par le parolier Jean Broussolle, Dario mentionne justement Madureira, en y soulignant l’importance qu’occupe ce quartier lors du Carnaval annuel. Il y a également une référence aux Cariocas, le gentilé des habitants de Rio de Janeiro, qui provient en fait du tupi, une langue autochtone brésilienne, et qui signifie « maison des hommes blancs » (en tupi, Kara’iwa Oka). La chanson sera tellement populaire qu’elle sera reprise par bon nombre d’artistes, dont les Compagnons de la Chanson, Carlos, Lucien Jeunesse et même Rika Zaraï. 

Dario Moreno – Si tu vas à Rio

***

En 1966, le chanteur Sacha Distel sortira un 45 tours avec une chanson qui deviendra rapidement un des classiques de son répertoire. Sur une musique composée par Gérard Gustin et des paroles écrites par Maurice Tézé, Incendie à Rio possède un rythme contagieux, rappelant les danses brésiliennes les plus envoûtantes. Le ton de la chanson est plutôt cocasse, puisque celle-ci met en scène un incendie ravageant Rio de Janeiro… et des pompiers incompétents, cherchant les énigmatiques tuyaux, illustrant une insouciance, probablement imaginée, de la ville carioque. Et, une fois trouvés, c’est l’automobile qui est en panne !

Sacha Distel – Incendie à Rio

***

Paroles

Sacha Distel – Incendie à Rio

Dario Moreno – Si tu vas à Rio

Charles Trenet – Printemps à Rio

Sources

  • DELFINO, J. P. Couleurs Brasil: Petites et grandes histoires de la musique brésilienne. Le Passage Paris-New York Éditions, 2014. 
  • FLÉCHET, A. « Si tu vas à Rio… »: La musique populaire brésilienne en France au XXe siècle. Paris: Armand Colin Éditeur, 2013.