Les temps difficiles (1ère version)

Léo Ferré – Les temps difficiles
(L. Ferré)

Si mon machin, c’est du poulet
La poule au pot doit bien s’ marrer :
Depuis que j’ touche des nouveaux francs,
J’ mets des virgules aux ortolans
Les temps sont difficiles.

Cet écrivain n’a pas d’ clients,
Il vit seul avec son talent ;
Mais faut bouffer et faut c’ qu’y faut,
Mêm’ si l’on bouffe au Figaro…
Les temps sont difficiles.

Ou Hallyday ou Dalida,
Y’a pas d’ raison qu’on en reste là
Fous donc B.B. dans ta chanson
Ça f’ra chanter tous les couillons !
Les temps sont difficiles.

Si d’Aznavour j’avais la voix
Je pourrais m’ voir au cinéma,
Mais la p’tit’ vague m’a laissé là,
Moi, moi, moi qui m’ voyais déjà…
Les temps sont difficiles.

Berlin travaille d’ la latitude,
Les deux K.K. bossent sans filet :
Ils ont paumé le Nord et l’ Sud
Y’a intérêt à les r’trouver
Les temps sont difficiles.

En Indochine, c’est bien fini
En Indochine, ça refleurit
Quand l’Indochine, c’est terminé
Où c’est-t-y qu’on pourrait s’ tailler ?
Les temps sont difficiles.

Quand on n’a pas les mêmes idées,
On se les refile, c’est régulier.
File-moi ta part, mon p’tit Youssef,
Sinon j’ te branche sur l’E.D.F.
Les temps sont difficiles.

Réponds, dis-moi où est ton pote ?
Sinon tu vas être chatouillé !
Dis-moi, réponds, lâche ta camelote,
Quand on questionne, y’a qu’à causer.
Les temps sont difficiles.

La mer, c’est plus qu’une aquarelle
Dans le ciel, y’a des caravelles
Les productions B.B. de Mille
Ne marchent que sur crocodile.
Les temps sont difficiles.

À Lyon, la soie a débordé
Le Rhône s’est foutu en Jersey,
C’est comme l’amour quand ça s’ débine,
T’ y fous d’ la soie ; y t’ rend du spleen…
Les temps sont difficiles.

Avant la guerre, pour êt’ putain,
Fallait une carte, un bout d’ terrain,
Des amis chez la mère Poulasse
Un p’tit copain pour la paillasse
Les temps étaient faciles !

Maint’nant, c’est fini les conneries
Faut faire son lit à France Jeudi
Tâter du Vadim à la Une,
En attendant d’ montrer sa lune…
Les temps sont difficiles.

Van Gogh, las de peindre sa chaise,
S’était ouvert une portugaise
Gauguin crevait à Tahiti,
Dans la mistoufle et dans l’ennui…
Les temps étaient bizarres.

Van Gogh maintenant vaut des millions
Gauguin se vend mieux qu’ du cochon
Rien n’a changé, on tourne en rond
Et dure dure ma chanson,
Le temps que je me marre !

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s