Le déserteur

Richard Anthony – Le déserteur
(B. Vian/H. Berg)

Messieurs qu’on nomme grands
Je vous fais une lettre
Que vous lirez peut-être
Si vous avez le temps
Je viens de recevoir
Mes papiers militaires
Pour aller à la guerre
Avant mercredi soir.

Messieurs qu’on nomme grands
Je ne veux pas la faire
Je ne suis pas sur Terre
Pour tuer des pauvres gens
C’est pas pour vous fâcher
Il faut que je vous dise
Les guerres sont des bêtises
Le monde en a assez.

Depuis que je suis né
J’ai vu partir des frères
J’ai vu mourir des pères
Et pleurer des enfants
Les mères ont tant souffert
Quand d’autres se gobergent
Et vivent à leur aise
Malgré la boue, le sang.

Il y a les prisonniers
On a volé leur âme
On a volé leurs femmes
Et tout leur cher passé
Demain, de bon matin,
Je fermerai ma porte
Au nez des années mortes
J’irai par les chemins.

Je mendierai ma vie
Sur la terre et sur l’onde
Du vieux au nouveau monde
Et je dirai aux gens :
Profitez de la vie !
Éloignez la misère !
Nous sommes tous des frères
Gens de tous les pays !

S’il faut verser le sang
Allez verser le vôtre
Messieurs les bons apôtres
Messieurs qu’on nomme grands
Si vous me poursuivez
Prévenez vos gendarmes
Que je n’aurai pas d’armes
Et qu’ils pourront tirer.

Publicités

Une réponse à “Le déserteur

  1. Pingback: Le début de la chanson engagée – Le déserteur | Le Net plus ultra de la chanson française·

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s