Aznavour – Tout en haut de l’affiche

Parolier reconnu, Charles Aznavour est pourtant loin du haut de l’affiche en l’année 1958. Séparé d’avec son comparse Pierre Roche depuis déjà neuf ans, il chante seul sur scène. Ses chansons, telles que Je hais les dimanches ou Jezebel, plaisent lorsqu’elles sortent des bouches de Gréco ou de Piaf, respectivement. Par contre, lorsque Aznavour chante, il se fait huer ; enchaînant quelquefois plusieurs cabarets les uns après les autres, il devient souvent aphone vers la fin. Cela lui mérite le surnom de « l’enroué vers l’or ». On le traite aussi de « Quasimodo », d’ « escroc de petite envergure » et la critique lui reproche sa voix et sa taille (!), qui ne seraient pas taillés pour le public.

C’est alors qu’avec la composition de Je m’voyais déjà que Charles Aznavour obtient son vrai premier succès ; C’est ma vie, en 1954, l’avait déjà quelque peu propulsé au devant mais sans le hisser au sommet. Et cette gloire, il l’a doit à une chanson énumérant les déboires… d’un artiste raté ! Aznavour passera, cette année là, en vedette pour la première fois de sa carrière à L’Alhambra – c’est le haut de l’affiche !

Charles Aznavour – Je m’voyais déjà

***

Clin d’oeil

Léo Ferré, dans une version de Les temps difficiles (1961), se paie la tête de plusieurs vedettes françaises alors à la mode : Johnny Hallyday, Brigitte Bardot, Dalida… et Aznavour. Il imite le chanteur d’origine arménienne (en feignant une voix éteinte) et mentionne au passage sa nouvelle carrière cinématographique, ainsi que la chanson qui l’a rendu célèbre : Si d’Aznavour j’avais la voix/Je pourrais m’voir au cinéma/Mais la p’tite vague m’a laissé là/Moi, moi, moi qui m’voyais déjà…

***

Paroles

Charles Aznavour – Je m’voyais déjà

Léo Ferré – Les temps difficiles (1ère version) 

Discographie

1960 – 33 tours LP : Je m’voyais déjà/Quand tu m’embrasses/Monsieur est mort/L’amour et la guerre/Comme des étrangers/Prends le chorus/Tu vis ta vie mon coeur/L’enfant prodigue

1961 – 45 tours EP : Je m’voyais déjà/Quand tu m’embrasses/Comme des étrangers/Tu vis ta vie mon coeur

1973 – 45 tours SP : Je m’voyais déjà/Trousse-chemise

Sources

  • ENCYCLOPÉDISQUE [http://www.encyclopedisque.fr] Consulté le 12 janvier 2014.
  • SCHLESSER, G. Le Cabaret « Rive gauche » : De la Rose rouge au Bateau ivre (1946-1974). Sine loco : L’Archipel, 2006, p. 284-285.

La Vamp – Claude Sylvain

Selon les données disponibles sur la toile mondiale, Claude Sylvain serait née sous le nom de Nelly Gelblum, le 9 mai 1930 et serait décédée le 31 décembre 2005. Le manque de sources corroborant ce fait le rend un peu douteux. À cela, il faut ajouter qu’il n’y a pratiquement aucun autre document biographique sur la jeune femme. Cette rubrique tentera de faire jaillir un peu de lumière sur sa carrière musicale, et cela, malgré le manque d’information chronique.

Plantureuse et volontaire, Claude Sylvain s’est surtout démarquée au cinéma français dans les années 50. Que ce soit dans Du Rififi à Paname ou La grande bagarre de Don Camillo, la vamp ne laissait pas indifférent le public masculin ! Cependant, elle se lasse rapidement des rôles qu’on lui offre, et qui ne mise que sur son physique ; il faut dire que Claude Sylvain, férue de philosophie et de langues anciennes (grec et latin) et ayant étudié à L’école du Louvre, est loin d’être une potiche du genre « Sois belle et tais-toi ».

Elle décide donc de se lancer dans la chanson, ayant auparavant fait un tour de chant réussi dans L’homme à l’imperméable (on peut l’entendre vers la 46e minute). L’ex-vamp fait bientôt la connaissance de Francis Claude, le responsable de la direction artistique du Milord l’Arsouille. Séduit, ce dernier lui monte un répertoire contenant plusieurs chansons, dont celles de son comparse, Léo Ferré, ainsi que Bruant, Carco, Mac Orlan. Claude Sylvain remplacera de fait Michèle Arnaud au cabaret de la rive droite, de même que dans le coeur de Francis Claude, qu’elle épousera plus tard.

En 1960, Sylvain grave sur disque quatre chansons, un EP chez Fontana, dont au moins un morceau sera une composition de Léo Ferré (Quand c’est fini ça recommence) et un autre de Georges Moustaki (Je m’appelle Daisy). Mais ce n’est là qu’une partie seulement de son répertoire car sa chanson fétiche, lorsqu’elle se produisait au Milord l’Arsouille, était Comme un moineau, une goualante de Fréhel. Il existe également une vidéo de Claude Sylvain chantant Le petit mouchoir de Cholet, une composition datant du début de siècle, attribuée à Théodore Botrel.

Malgré un talent indéniable et de charmants attraits, Claude Sylvain n’aura malheureusement pas réussi à se graver une image indélébile dans la mémoire collective. Ces quelques lignes ne rendent pas justice à sa carrière mais espèrent avoir au moins mis au jour cette chanteuse trop peu connue, hélas.

Paroles

Claude Sylvain – Le petit mouchoir de Cholet

Discographie

1960 : Quand c’est fini ça recommence/Nuit d’hiver/Mon soleil mon printemps/Je m’appelle Daisy

Sources

  • SCHLESSER, G. Le Cabaret « rive gauche » : De la Rose rouge au Bateau ivre (1946-1974). Paris : L’Archipel, 2006, p. 266 et 410.

Ferré – Les anglicismes

Léo Ferré, avec ses quarante-six années de carrière et ses nombreux succès (Avec le temps, Ni Dieu ni maître, Paris canaille etc.), est une figure de proue de la chanson populaire, et surtout française. Car même s’il est Monégasque de naissance, et a pour mère une Italienne, Léo Ferré n’en demeure pas moins francophone, pardi! En 1962, il critique une tendance particulière en France: celle de parsemer d’anglicismes sa langue afin de paraître cultivé. Ferré crée donc La langue française, dans laquelle toutes les strophes contiennent bon nombre de mots de la langue de Shakespeare.

Léo Ferré – La langue française

Cependant, vu le grand nombre de mots acceptés dans les dictionnaires actuels, se pourrait-il que quelques-uns de ces « anglicismes » n’en soient tout simplement pas ? Voici la liste, et tentez, cher lecteur ou chère lectrice, de trouver quels sont les mots qui ne sont pas des anglicismes, selon le petit Robert 2014 :

Barmaid/Darling/Travelling/Best-seller/Planning/Starter/After-shaving/Parking/One-man-show/Fuel/King/Slip/Flash/Five o’clock/Cash/Starlette/Baby/Tea-for-two/Lady/One-to-two/Jockey/Steeple-chase/Driver/Sleeping car/Milk-bar/Glass/Call girl/Kleenex/Lucky/Pall Mall/Camel/OK/Remake/Mohair/Rocking-chair/Relax/Ping-Pong/Sex-appeal/Black-out/Smash/Standing/Pressing/Self-service

Réponse : Travelling, Starlette, Baby, Lady, Jockey, Glass, Kleenex, Mohair, Ping-Pong.

Paroles

Léo Ferré – La langue française