À Shanghai ou ailleurs

Leo Marjane – À Shanghai ou ailleurs
(R. Mamoudy)

Dans le vieux port, la mer giflait les cargos tristes
C’était à Singapour, à Shanghai ou ailleurs
Je ne sais plus des ports, j’en ai toute une liste
J’ai laissé ça et là un peu de mon grand coeur
Un bistrot plein de rires chantait des airs idiots
Et tout a commencé sur le rythme crasseux d’un piano

Nos mains s’aimaient dans le fracas de mer qui roule
C’était à Singapour, à Shanghai ou ailleurs
Eh puis, l’amour nous a bercé comme la houle
Nous dormions enlacés, étourdis de bonheur

Parmi les tas d’amours brisés,
Qui pleurent dans quelques bateaux
Je me souviens de ses baisers
Qui courent encore sur ma peau

Dans le vieux port, la mer giflait les cargos tristes
C’était à Singapour, à Shanghai ou ailleurs
Mais le bonheur nous avait rayé de sa liste
La sirène arrachait les restes de mon coeur
Le bistrot sans rien dire fermait ses yeux brumeux
Et tout recommençait sur un rythme banal, malheureux

Nos mains disaient: Adieu un jour viendra, peut-être
C’était à Singapour, à Shanghai ou ailleurs
Et cet amour tachait le jour qui allait naître
J’étais là fatiguée, écrasée de douleur

C’était à Singapour, c’était à Singapour, à Shanghai ou ailleurs…

Advertisements