Honte à qui peut chanter

Georges Brassens – Honte à qui peut chanter
(G. Brassens)

En mil neuf cent trent’sept que faisiez-vous mon cher ?
J’avais la fleur de l’âge et la tête légère,
Et l’Espagne flambait dans un grand feu grégeois.
Je chantais et j’étais pas le seul « Y’a d’la joie ».

Honte à cet effronté qui peut chanter pendant
Que Rome brûle, ell’ brûl’ tout l’temps…
Honte à qui malgré tout fredonne des chansons
À Gavroche, à Mimi Pinson.

Et dans l’année quarante mon cher que faisiez-vous ?
Les Teutons forçaient la frontière, et comme un fou,
Et comm’ tout un chacun, vers le sud, je fonçais.
En chantant « Tout ça, ça fait d’excellents Français ».

Honte à cet effronté qui peut chanter pendant
Que Rome brûle, ell’ brûl’ tout l’temps…
Honte à qui malgré tout fredonne des chansons
À Gavroche, à Mimi Pinson.

À l’heure de Pétain, à l’heure de Laval,
Que faisiez-vous mon cher en plein dans la rafale ?
Je chantais, et les autres ne s’en privaient pas,
«Bel Ami», «Seul ce soir», «J’ai pleuré sur tes pas».

Honte à cet effronté qui peut chanter pendant
Que Rome brûle, ell’ brûl’ tout l’temps…
Honte à qui malgré tout fredonne des chansons
À Gavroche, à Mimi Pinson.

Mon cher, un peu plus tard, que faisait votre glotte
Quand en Asie ça tombait comme à Gravelotte ?
Je chantais, il me semble, ainsi que tout un tas
De gens, “Le déserteur”, “les croix”, “ Quand un soldat”.

Honte à cet effronté qui peut chanter pendant
Que Rome brûle, ell’ brûl’ tout l’temps…
Honte à qui malgré tout fredonne des chansons
À Gavroche, à Mimi Pinson.

Que faisiez-vous mon cher au temps de l’Algérie,
Quand Brel était vivant, qu’il habitait Paris ?
Je chantais, quoique désolé par ces combats,
“La valse à mille temps” et “Ne me quitte pas”.

Honte à cet effronté qui peut chanter pendant
Que Rome brûle, ell’ brûl’ tout l’temps…
Honte à qui malgré tout fredonne des chansons
À Gavroche, à Mimi Pinson.

Le feu de la ville éternelle est éternel.
Si Dieu veut l’incendie il veut les ritournelles.
À qui fera-t-on croir’ que le bon populo,
Quand il chante quand même, est un parfait salaud ?

Honte à cet effronté qui peut chanter pendant
Que Rome brûle, ell’ brûl’ tout l’temps…
Honte à qui malgré tout fredonne des chansons
À Gavroche, à Mimi Pinson.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s