Les bonbons 67

Jacques Brel – Les bonbons 67
(J. Brel)

Je viens rechercher mes bonbons
Vois-tu, Germaine, j’ai eu trop mal
Quand tu m’as fait cette réflexion
Au sujet de mes cheveux longs
C’est la rupture bête et brutale
Je viens rechercher mes bonbons

Maintenant je suis un autre garçon
J’habite à l’Hôtel George-V
J’ai perdu l’accent bruxellois
D’ailleurs plus personne n’a cet accent-là
Sauf Brel à la télévision
Je viens rechercher mes bonbons

Quand père m’agace, moi, je lui fais « zop »
Je traite ma mère de névropathe
Faut dire que père est vachement bath
Alors que mère est un peu snob
Enfin tout ça, c’est le conflit des générations
Je viens rechercher mes bonbons

Et tous les samedis soirs que j’peux
Germaine, j’écoute pousser mes ch’veux
Je fais « glouglou », je fais « miam miam »
Je défile criant: « Paix au Viêt-Nam ! »
Parce qu’enfin, enfin, j’ai mes opinions
Je viens rechercher mes bonbons

Mais c’est ça votre jeune frère
Mademoiselle Germaine
C’est celui qu’est flamingant

Je vous ai apporté des bonbons
Parce que les fleurs, c’est périssable
Les bonbons c’est tellement bon
Bien que les fleurs soient plus présentables
Surtout quand elles sont en boutons

Je vous ai apporté des bonbons . . .

Publicités

Une réponse à “Les bonbons 67

  1. Pingback: Du hit parade à la parodie – Les Élucubrations d’Antoine | Le Net plus ultra de la chanson française·

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s