L’homme aux feuilles de chou – Les Oreilles de Serge Gainsbourg

Serge GainsbourgLorsque le jeune Gainsbourg débute sur les planches du music-hall, on le remarque tout de suite mais pour de mauvaises raisons. On se moque de son nez busqué et surtout de ses oreilles décollées… Serge n’a effectivement pas le look d’un jeune premier, d’autant plus que les rockers commencent à avoir la cote avec la jeunesse. Et il faut dire que ses cheveux très courts accentuent justement la taille de ses portugaises. Conscient de ses « défauts esthétiques », il déclare lui-même avoir un « physique inquiétant » lors d’une entrevue pour le J.T. dès 1961. Bientôt, Gainsbourg prendra sa revanche sur la société en amassant un nombre d’aventures galantes avec de jolies femmes, de Brigitte Bardot à Jane Birkin… et aussi par quelques chansons. On peut entendre par exemple dans son album-concept L’homme à tête de chou que ses « oreilles, après des mots comme ‘vieux con’, ‘pédale’, se changèrent en feuilles de chou ». Ici, dans la pièce Premiers symptômes, Gainsbourg joue sur deux tableaux. Premièrement, le mot « feuille » peut également signifier « oreille », un jeu de mots portant sur le titre de l’album L’homme à tête de chou; deuxièmement, il renverse sa propre expérience – ce sont les insultes qui causent l’apparence de ses oreilles, et non l’inverse.

Serge Gainsbourg – Premiers symptômes

Il faut aussi noter que Gainsbourg ajoutera goguenard qu’il est tout à fait comme la célèbre souris Mickey Mouse, c’est-à-dire qu’il a de grandes oreilles… et une longue queue! 

Clin d’oeil

Serge Gainsbourg - Vu de l'extérieurAu cours des années 60, Léo Ferré s’amourache de deux guenons, Pépée et Zaza, qu’il aperçoit lors d’un numéro de cirque à L’Alhambra. Pépée deviendra bientôt la coqueluche du chanteur français, ainsi que de sa femme Madeleine, au point tel où elle aura sa propre chambre et sera considérée comme la fille (!) du couple stérile. Un jour de 68, après la fuite de Léo, Madeleine fait appel à un chasseur du Lot afin qu’il abatte des animaux sur leur propriété, dont Pépée. Blessé et plein de rancoeur, Ferré compose alors une chanson en guise d’hommage au chimpanzé qu’il considérait comme son enfant. Dès les premières strophes de la goualante, on peut clairement entendre: « T’avais les oreilles de Gainsbourg/Mais toi, t’avais pas besoin d’scotch/Pour les r’plier la nuit/Tandis que lui… ben oui! ».

Léo Ferré – Pépée

Quelques années plus tard, Serge sortira l’album Vu de l’extérieur, dont la pochette sera ornée de plusieurs photographies de primates, ainsi que du chanteur. Était-ce de l’auto-dérision propre à Gainsbourg ou bien s’était-il inspiré de la chanson de Ferré?

Paroles

Léo Ferré – Pépée

Serge Gainsbourg – Premiers symptômes

Sources

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s